Portrait d'un chef de projet

Alioun, chef de projet AMOA

Aller au contenu

Interview

En quoi consiste votre métier ?
En tant que chef de projet Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMOA), au sein du département de la stratégie, du pilotage et de la performance de la DSI du ministère de la justice (SG/SSIC/SPM), mon rôle consiste principalement à analyser les besoins des maîtrises d'ouvrages des directions métier. Je dois également garantir que leur prise en compte se fait en cohérence avec les orientations stratégiques du secrétariat général. Dans ce cadre, je suis notamment amené à :
- aider les directions métiers et services du secrétariat général à formaliser et prioriser leurs besoins en amont du lancement des projets ;
- mener les études préalables à la mise en œuvre des projets ou y participer en tant que collaborateur, en concertation avec les maîtrises d’ouvrage et les maîtrises d’œuvre ;
- suivre le déroulement de certains projets complexes ou transversaux afin de pouvoir donner de la visibilité au niveau stratégique.

Quel est votre parcours ?
J’ai travaillé environ 10 ans comme consultant et chef de projet SI dans une entreprise internationale de conseil et de technologies, prestataire pour différents clients du secteur public. Cette expérience m’a permis d’acquérir une double compétence en maîtrise d’œuvre (MOE) et AMOA, à travers des projets divers selon le contexte métier ou technologique, l’ampleur ou le type de prestations réalisées.
Parce que je souhaitais mettre à profit mes compétences au sein du secteur public, j’ai rejoint le ministère de la justice en 2018. L’idée de pouvoir participer à sa transformation numérique me plaisait particulièrement. Accompagner les acteurs métiers dans l’analyse de leurs besoins en s’assurant que ces derniers sont bien pris en compte me semble vraiment important.

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans votre activité professionnelle ?
Le ministère offre la possibilité de travailler sur des sujets aussi intéressants que variés. C’est ce qui me séduit le plus dans mon poste. La transformation numérique implique de mener des projets SI, sources d’améliorations pour les différents métiers de la justice. Bien sûr, beaucoup reste à faire ; il ne s’agit pas simplement d’optimiser des outils existants ou de renforcer des fonctions supports mais bel et bien de construire de nouvelles solutions apportant de la valeur aussi bien aux agents qu’aux justiciables.
Par ailleurs, la diversité des directions et des métiers engendre une grande variété de sujets à traiter. Les problématiques de la direction de la protection judiciaire des mineurs sont complètement différentes de celles de la direction de l’administration pénitentiaire ou de la direction des services judiciaires.

Parlez-nous de votre quotidien ?
Mes activités au quotidien sont très variées - même au cours d’une même journée - aussi bien par leur nature que par les projets dans lesquelles elles s’inscrivent. Dernièrement, j’ai par exemple réalisé les travaux suivants :
- organiser des ateliers d’expression de besoin avec différentes maîtrises d’ouvrage ;
- piloter des prestataires en charge de réaliser une étude d’opportunité en amont d’un projet majeur pour la protection judiciaire de la jeunesse ;
- élaborer, en lien avec des architectes SI, une solution permettant d’échanger des informations entre les établissements pénitentiaires et les services de renseignement ;
- recueillir différentes informations auprès des acteurs MOA et MOE de projets majeurs en cours afin d’en faire part en comité thématique (comité stratégique permettant de suivre la feuille de route du ministère) ;
- échanger avec des maîtrises d’ouvrage afin d’étudier les impacts sur le SI de la Loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice promulguée le 23 mars 2019.

 

Nos actualités

Contactez-nous

Vous avez besoin d'informations sur les procédures administratives et le recrutement ?